Odette Neumayer (1940 – 2013)

Odette_Neumayer-71687

Co-fondatrice du LIEN, pionnière dans sa construction avec le groupe de coordination, co-responsable de ce site du LIEN, la disparition d’Odette Neumayer, le 3 septembre 2013, nous a plongé dans la tristesse et une profonde reconnaisance de ce qu’elle a fait pour que le LIEN naisse et aujourd’hui existe.

La foi de charbonnier d’Odette Neumayer dans une Education nouvelle internationale à créer, inventer ensemble, a dynamisé notre travail. Elle fut ainsi une des chevilles ouvrières des quatre premières Rencontres du LIEN et de la première publication du LIEN.

Les théories pratiques présentées dans les livres qu’elle a écrits à quatre mains avec Michel Neumayer alimentent aujourd’hui la recherche et les pratiques dans nos groupes d’Éducation nouvelle. Tels leurs ouvrages sur les ateliers d’écriture et de création et leur recherche pour que l’Éducation nouvelle d’aujourd’hui n’oublie pas le travail à poursuivre sur la question de la paix. Cette dernière problématique, qui fut au fondement de la Ligue, est devenue, sous leur impulsion, un enjeu actuel majeur du LIEN, abordé à travers le terme de « culture(s) de paix ».

Sachant qu’Odette aimait se mettre en travail avec nous, nous ouvrons ici cette page nous permettant de lui rendre hommage en faisant fructifier son travail. Ce peut être en recherchant des passages dans les articles et livres qu’elle a écrits, textes reflétant ses engagements, ses urgences, les projets qu’elle défendait et qui concernent le LIEN. Ce peut être en nous mettant en écriture à partir des questions vives qui l’habitaient et des actions réalisées avec elle ou à partir de ses travaux.

Etiennette Vellas

 

Quelques livres à lire et à relire…

  • Animer un atelier d’écriture. Faire de l’écriture un bien partagé.
    Odette et Michel Neumayer.
    Ed. ESF. 2003.
  • Pratiquer le dialogue arts plastiques-écriture. 15 ateliers de création pour l’Education Nouvelle
    Odette et Michel Neumayer, en coopération avec Antoinette Battistelli, Marc Lasserre et Christiane Rambaud.
    Ed. Chronique sociale. 2005.
  • 15 ateliers pour une culture de paix.
    Odette et Michel Neumayer (Préface Etiennette Vellas).
    Ed. Chronique sociale. 2010.
  • Relever les défis de l’Éducation Nouvelle – 45 parcours d’avenir.
    Odette et Michel Neumayer, Etiennette Vellas. (Préface de Philippe Meirieu)
    Ed. Chronique sociale. Juin 2009.

 

Nous reprenons ici le témoignage d'Odette Neumayer dans 
Relever les défis de l'Éducation nouvelle, 45 parcours d'avenir.
Chronique sociale (Lyon)  

 

 

“Ajouter patiemment de l’humain à l’humain est bien le seul critère de légitimité qui vaille. Qu’il s’agisse d’apprendre, de produire, de se rencontrer, d’inventer, de se souvenir, de communiquer, de gérer, de bâtir, d’organiser, d’imaginer, d’aimer… (Odette et Michel Neumayer)”

Ce seront les premiers mots de ma thèse. Ils constituent un appel dans mon travail (de chercheure, d’institutrice) et pour ma vie (de mère, d’amie, de citoyenne engagée) qui me rappelle le but, le sens de mes activités. Sans ce, tout projet, toute écriture, tout travail, tout art est insignifiant, réduit à un exercice de tour d’ivoire. Voilà le leg tout simple et énorme d’Odette.

Ce principe d’ “ajouter de l’humain à l’humain” , elle l’a incarné pour moi, avec joie, rigueur, persévérance, impatience légitime parfois, bienveillance et amour. Pour parler avec Albert Jacquard, elle a provoqué, avec Michel, “cette mise en commun, en multipliant les rencontres” (extrait de la préface de La rage de faire apprendre (Léonard Guillaume et Jean-Francois Manil), en osant créer.

Voilà ce que nous devons continuer, en tissant des LIENS…

Melanie Noesen, GLEN

 

 

 

“Je me souviens”
Un témoignage de Tunisie par Jalila Zitouni

“Je me souviens”, c’est avec ces termes qu’Odette Neumayer nous a proposé d’ébaucher l’écriture de nos textes dans le cadre de l’atelier d’écriture Mosaïques d’expériences lors des quatrièmes Rencontres du LIEN qui ont eu lieu à Mahdia (Tunisie). Il s’agissait en fait de nous exprimer sur ce que nous avions vécu dans les ateliers de la matinée sous forme de lettre que chacun d’entre nous devait adresser à une personne de son choix.
Comment ne pas m’en souvenir ! Au moment où…

Lire la suite…

Jalila

 

Le recueil peut être lu ICI en ligne.

Télécharger Mosaïques d'expérience en pdf (130 pages)

 

Chère Odette,
Une lettre, un hommage, bien peu de choses si je le compare à ce que j’ai reçu de toi.
On s’est rencontré il y a des années en arrière. J’avais décidé de devenir bénévole à l’Entraide Scolaire. Transmettre du savoir, partager des expériences avec des enfants et des adultes, apprendre et découvrir me mettaient en joie. Réapprendre à apprendre, me remettre en question, chercher encore et encore, comprendre et créer du nouveau me motivaient. Je cherchais le défi, l’impossible. Je le vivais un peu à la maison avec un enfant rebelle dans l’apprentissage qui refusait, s’opposait… J’étais en échec. J’avais tout à découvrir.
Et voilà la rencontre avec vous deux et avec toi… Un peu cataclysmique… tous les acquis anciens s’effondrent… “Tous capables”, tu parles d’une phrase ! Je n’avais pas été élevée avec cette vision des choses et des faits. Mais nouveauté, “tous capables à condition d’être mis dans des situations facilitantes.” Ah ! L’environnement, l’autre, a donc sa partie de responsabilité si l’enfant n’apprend pas. Il n’est pas le seul responsable.
Et puis vous nous avez parlé d’entraide et pas d’aide car à plusieurs on apprend plus vite et on s’enrichit mutuellement. Nouvelle découverte ! Moi petite j’étais pour la collaboration ; cela m’avait valu quelques heures de colle Alors nous avons fait une petite incursion dans le passé, revisité les bons moments et retrouvé les bons passeurs…. mais aussi les mauvais.
Il fallait juste détricoter les mauvaises habitudes, changer la maille des mots incendiaires qui avaient causé beaucoup de maux. Puis patiemment inventer de nouveaux points, créer des motifs audacieux, jouer avec les fils et les couleurs.
Car vous posiez les écheveaux, les règles étaient définies et dans une ambiance bienveillante, nous tissions des merveilles et en étions les premiers étonnés.

Lire la suite…

Brigitte Baronetto (Aubagne)

 

 

 

SONY DSC

Choisir un souvenir, Odette,
parmi tous ceux qui me lient à toi (à Michel) est extrêmement difficile. Non seulement il y en a beaucoup, mais ils sont tous de qualité et… ils m’ont tous tant donné.
Je vais en choisir un, que toi seule et moi peuvent comprendre peut être, mais en tout cas il illustre bien tes valeurs: celles du partage, de l’écoute, du don et du Tous capables.
C’était à Bordeaux (on me fera cadeau de l’année, mais c’était des rencontres nationales du GFEN), j’animais un atelier qui m’avait demandé un énorme travail: Cesar Vallejo.
Je t’ai demandé d’y assister. J’ai l’impression aujourd’hui que je m’obligeais à un examen de passage de créatrice et d’animatrice d’ateliers d’écriture du GFEN, tu as répondu: Oui, si Michel vient, tu sais que l’on ne se sépare jamais.
Quand tu parlais de Michel, tu étais si différente de cette animatrice au grand cœur mais si sûre de son travail, tu avais l’air et le cœur d’une jeune fille amoureuse pour la première fois. Michel a dit oui pour l’atelier.
Comme les autres participants, vous vous êtes installés. Ce jour là, j’avais l’impression que le cœur me sortait de la gorge. J’essayais de mettre en œuvre ce que Michel (Ducom) m’avait enseigné, mais je n’y arrivais pas. Je voulais tellement être une bonne animatrice face à toi, mais je sentais que j’allais rater l’examen que je m’imposais… Et puis d’un coup, dans le silence, une voix s’est levée récitant un des plus beaux poèmes de Vallejo. Cette voix, c’était la tienne Odette. J’étais tant émue d’entendre dans cette voix un témoignage d’amitié, de solidarité, d’attention envers l’autre que mes doutes sont tombés. J’ai compris que je méritais le titre d’animatrice de l’éducation nouvelle. Oh! Je ne te dis pas que je n’ai plus jamais eu de doute, mais j’ai toujours su les surmonter en me remémorant cet instant que tu m’avais offert qui ressemble tellement à votre citation: « Ajouter patiemment de l’humain à l’humain…
Il y aurait tant de souvenirs à écrire… mais sache, Odette, qu’il y a un atelier que j’ai animé, et encore et encore, et dans divers lieux, jusque dans le monde politique. Un atelier pour lequel j’ai une immense tendresse. Il est synonyme de ce concept que tu avais avait fait tien (vôtre devrais-je dire): culture de paix. Cet atelier, c’est Territoires partagés… Il ressemble tellement à ton message de vie.

Anita Ahunon, 2 octobre 2013 / Éducation nouvelle (Toulouge)

 

 

 

Hommage à Odette,
La fleur qui pendouille dans son pot… Mal arrosée ? Trop de soleil ? D’ombre ? De vent ? Et l’enfant qui ne réussit pas… Trop bête ? Inattentif ? Turbulent ?
Ce début de formation si lumineux m’a accompagné dans ma vie professionnelle, m’a donné le punch de ne pas laisser dire, quand dans mon entourage professionnel, c’était si facile de critiquer les enfants ou leurs parents.
Et ce sont aussi les fleurs de mes balcons successifs qui ont eu droit à vos pensées quand elles n’étaient pas à la hauteur de mes attentes.
Et c’est aussi ma vie, ce sont mes enfants vous ont croisés, toi et Michel, toujours au bon moment.
Merci pour votre foi dans le savoir, dans l’écriture et dans la solidarité.

Claire Britten, Marseille, cadre territorial

 

 

 

Printemps 2005

J’étais depuis deux ans formatrice en alphabétisation à l’asbl Lire et Ecrire en Belgique, une association qui agit pour que tous aient accès à l’écrit, et que l’illettrisme disparaisse.

J’avais la possibilité cette année là, de participer à l’Université de printemps, un moment de formation continue pour le personnel. Nous pouvions choisir parmi différents ateliers. A cette époque je travaillais avec un groupe d’adultes en formation en alphabétisation, des personnes d’origine belge, quelques une d’origine étrangère mais depuis longtemps en Belgique, toutes passées par les bancs de l’école sans avoir appris suffisamment pour maîtriser l’écrit de base utile au quotidien.

Cette année là, le groupe avait décidé de faire comprendre au grand public ce qu’était la vie, le ressenti d’une personne dite illettrée. Nous avions un projet concret, écrire et publier un livre. C’était un défi pour tous, et aussi pour moi. Je n’avais jamais écrit de livre, ni publié, pas même un petit article dans un journal local.

(…) Cette formation pour le personnel arrivait bien à propos, et quand j’ai lu sur le catalogue “Atelier d’écriture” j’ai pensé « écriture en cours de fabrication ». Je me suis dit que c’était pour moi, que j’y trouverai sûrement ce qu’il me fallait pour travailler avec mon groupe…

Je n’imaginais pas être bouleversée par ce que j’allais vivre. J’ai été transformée non seulement par ce que j’y ai vécu avec les collègues du moment, mais aussi par ma rencontre avec Odette et Michel Neumayer. Comme une espèce de révélateur de choses que je soupçonnais, mais sans les avoir encore franchement nommées… En une semaine d’ateliers avec eux, je découvrais une façon d’aborder l’écriture sans complexe, avec franchise, l’écriture comme miroir de la pensée. (…)

Lire la suite…

Pascale Lassablière (GBEN Belgique)

 

 

 

Expression et créativité avec Nicolas Go et Elsa Triolet

Un atelier imaginé par Michel Simonis (GBEN) en prolongement deux deux ateliers d’écriture provençaux.

La démarche que je propose : Expression et créativité (avec un texte de Nicolas GO) comporte

1 – une partie “cerveau gauche” : à partir de la “Curiosita” de Léonard de Vinci, un petit travail starter (incipit) sur la “problématisation” (une belle intro à la création de démarche par la recherche de “noyaux conceptuels” ( ) suivi d’un travail interactif sur des fragments de N. Go au sujet de l’expression.

2 – une partie “cerveau droit” : écoute musicale, expression graphique, écriture, travail de la tache à partir de la démarche d’Odette et Michel et Neumayer {{ {Le triomphe par le ratage même} }} à partir de {Emergence, résurgence} (Henri Michaux) (in {Pratiquer le dialogue arts plastiques, écriture}, Chronique sociale 2010).

3 – une partie écriture à partir d’une démarche non publiée d’Odette et Michel Neumayer {{ {Les riches heures d’un épistémophile} }}, sur la “partie creuse d’une vie”, une expression d’Elsa Triolet avec production de fragments. Relier et illustrer avec les productions graphiques, réalisation de panneaux écriture-art plastique.

4 – reprise des réflexions du début et théorisation. Proposition d’un schéma de théorisation interactive, prolongée (si on a le temps) par une initiation aux schémas heuristiques.

Michel Simonis (GBEN)

 

Découvrir l'atelier et ses consignes
en version intégrale 

 

 

 

Hommage à Odette

J’ai essayé de me rappeler les moments de formation de formateurs à l’ADEF (Association départementale d’étude et de formation, Centre de formation de la Bourse du travail, Marseille).

{{Ces temps étaient particuliers}} ; dès que nous avons commencé et que j’ai pu apprécier la qualité des intervenants, je me suis trouvée dans mon élément (personnellement, et comme une suite bienvenue à ma formation en Sciences de l’Education). Une atmosphère bienveilllante, stimulante, inventive, des outils constructifs … un plaisir certain de se sentir intelligente (?), le principe de l’atelier, où un groupe travaillait ensemble, avec rigueur et liberté ; les silences où l’on réfléchissait, cherchait, l’écoute de chacun par chacun ; les textes pour alimenter la réflexion, l’analyse réflexive ; et surtout faire passer tout ça dans notre boulot de formateurs, pour amener nos stagiaires à penser par eux-mêmes, à se réjouir d’apprendre, de prendre possession de leurs acquis pour s’en servir à leur fantaisie, et acquérir une aisance intellectuelle et y prendre du plaisir…

Catherine Launay
(ADEF-CFBT, Marseille, formation d’adultes)

 

 

 

Les moments passés avec Odette l’ont été sous le signe du travail et du plaisir…

Travail d’écriture, de réflexion de soi à soi et dans l’échange avec les autres, lors des séances de formation de formateurs à l’ADEF ou lors des ateliers d’écriture dans le cadre du GFEN et de l’IFPEC.

Travail de création collective d’un nouvel atelier, d’une séance de formation à tenter avec les stagiaires, d’un montage à partir de matériaux divers.

Écriture partagée de fragments pour Filigranes, d’un grand Cahier des Ecrits du Travail à l’ADEF, d’un article pour Dialogue, d’une fiche de poste, d’un récit sur la prévention des risques et tant d’autres…

Et aussi et toujours un travail de réflexion qui sous-tend et prolonge l’action. J’entends encore Odette dire : “Cent fois sur la table on remet son ouvrage!”, avec un geste décidé de la main qui vient s’appuyer sur le bureau et un hochement de tête tout aussi déterminé.

Sous le signe du plaisir, ensemble : plaisir d’oser faire sans se poser de questions, de fabriquer quelque chose de beau, de voir une oeuvre d’art plastique ou des idées se façonner, se creuser, émerger…, de découvrir un nouveau concept et de l’explorer. Plaisir d’entendre le récit du voisin, de déguster un bon vin rouge, les petits plats préparés par Jean-Claude et les pique-niques des week-ends d’écriture.

Valérie Tatéossian (ADEF-CFBT)

 

 

 

 

Ce matin sur la plage
L’oreille sur mon coquillage
Je reçois un message
Du loin du rivage
Annonçant le voyage
D’une étoile du courage :
“La colombe voyage
Traversant les mirages
Dissipant les nuages
Déchirant l’ombrage
Semant à chaque sillage
Des graines que le partage
Fera sortir du grillage
Malgré l’orage
Sans crainte ni dosage
Armée des ratages
La voix sage
Impose vos ouvrages
Publie vos témoignages
Étale vos ramages
Pour un dépistage
Sans dérapage
De la Culture de Paix “_

Mounira (Tunisie)

 

… autres témoignages
sur le site de la revue Filigranes

 

… et sur le site du GFEN (Paris)