« Extrêmes droites contre éducation », le nouveau N’Autre école est sorti !


Version imprimable de cet article Version imprimable

Enregistrer au format PDF

Nouveau format, nouvelle maquette et une pagination augmentée (100 pages) pour – nous l’espérons – un plaisir de lecture renouvelé…

Pour inaugurer cette nouvelle version, c’est un dossier sur les extrêmes droites et l’école que nous vous proposons. À partir de témoignages d’enseignants et d’habitants des communes au main du FN, de décryptages des thématiques au cœur de l’offensive réactionnaire (Histoire, culture, laïcité, etc.) et d’une cartographie de la nébuleuse des « réac-publicains », ce numéro ne se contente pas de décortiquer le programme éducatif des droites extrêmes, il met en lumière ses enjeux, son histoire, sa diffusion… et surtout envisage des pistes, sociales, syndicales, politiques et pédagogiques pour reprendre l’initiative.

Ce dossier de plus de 60 pages est complété par nos rubriques habituelles : international, pédagogie sociale, culture, écologie, philosophie, lectures et littérature jeunesse…

Pour découvrir les premières pages du numéro, l’édito et le sommaire…

N’attendez pas pour profiter de cette occasion de découvrir la nouvelle formule et le nouveau format de la revue.

Extrêmes droites contre éducation, N’Autre école n° 5, 100 p., 5 € (frais de port de 2,84 €).



… ou encore mieux, profitez-en pour vous abonner ! (25 € pour 5 n°)

Revue de presse

Sur le site ToutEduc :

Comment caractériser ce que vivent les enseignants dans les villes "FN" (Revue)

Il n’est pas si facile de dénoncer la gestion des écoles par des élus Front national, et, à Mantes-la Ville, "l’idéologie FN n’est toujours pas flagrante dans le quotidien des habitants", même si "on a l’impression" que, "petit à petit", le lien social entre les habitants se défait. C’est ce qui ressort de la contribution d’une enseignante dans le dernier numéro de N’autre école  consacré à l’extrême droite. Ont en effet été fortement médiatisés quelques faits et gestes de Robert Ménard à Béziers, son opposition (qui "s’effrite très vite") à la réforme des rythmes scolaires, son souci d’établir des "statistiques ethniques" à partir des prénoms des enfants, l’insulte à un enseignant qui avait refusé de lui serrer la main... On sait moins qu’il a fait acheter des blouses pour tous les élèves de la ville, mais que seule une école privée les a adoptées.

Mais ailleurs ? La revue ne publie qu’une seule autre contribution d’un autre acteur de terrain, à Mantes-la-Ville donc, où l’auteure redoute davantage "le silence des pantoufles" : "on est loin des esclandres de Robert Ménard". C’est qu’à côté des municipalités "laboratoires" (comme à Béziers) et des municipalités "clientélistes", où on place ses amis, d’autres agissent à bas bruit, peut-être par stratégie, mais aussi parce qu’elles n’ont pas les compétences pour mettre en place des politiques de rupture. S’y ajoute une autre raison, certaines valeurs sont partagées par le FN et toute une partie de l’opinion publique, et la revue cite "une conception de la discipline réduite à de simples exigences d’obéissance (...), la morale ramenée à des leçons de morale (....), le refus de prendre en considération la composante sociale de l’échec ou la réussite scolaire (...)".

Grégory Chambat propose d’ailleurs une cartographie "de la nébuleuse réactionnaire", du "Carrefour de l’Horloge" à Alain Soral, de Natacha Polony et Jean-Claude Milner à Laurent Lafforgue... en précisant si, entre eux, les liens sont réguliers ou les contacts occasionnels, et en désignant les zones de conflit. Pour N’Autre école,  dénoncer la gestion et l’idéologie scolaires du FN amène à interroger des pans entiers de la pensée contemporaine. Dès lors, "comment résister ?" Cette question, et la difficulté d’y apporter des réponses hante ce numéro.

N’Autre école n° 5, "Extrême(s) droite(s) contre Education, Education contre extrême(s) droite(s)", Questions de classe(s), 99 p. 5€