Dialogue 169 « L’enseignement pré-scolaire »

II est devenu fondamental pour l’Unesco, “d’investir” dans l’Éducation et la Protection de la Petite Enfance (EPPE) pour réaliser l’Agenda Éducation 2030 (https://fr.unesco.org/themes/diriger-agenda-mondial-education-2030) et plus largement le Programme de développement durable des Nations Unies. Avec entre autres ces objectifs : contribuer à une meilleure efficacité des systèmes d’éducation et de santé ; aider à construire des sociétés plus égales et inclusives, en offrant aux enfants exclus et défavorisés un solide fondement en vue de leur apprentissage tout au long de la vie, durant toute leur vie ; promouvoir l’égalité des sexes et une culture de paix ; produire une main-d’œuvre mieux formée et qualifiée.
L’impression, en parcourant ce programme, est que le canal de promotion de toutes les valeurs actuelles de nos sociétés dites avancées doit désormais passer par une veille intensive de l’éducation de la Petite enfance. Vue comme le berceau de nos sociétés, avec ce discours à la clé : les enfants exposés à un âge précoce à des valeurs et à des attitudes favorables à tout ce dont notre monde a besoin, auront toutes les chances de les mettre en œuvre plus tard dans la vie.
La tendance est alors de se lamenter sur la lenteur des progrès et d’inviter les pays d’ici à 2030, à faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons aient accès à des activités de développement et de soins dès la petite enfance qui est souvent entendue comme une éducation “pré-préscolaire” à prévoir (le mot est de nous) qui les prépare à suivre un enseignement préscolaire devenant tout de suite scolaire. Des Colloques sont organisés dans ce but pour encourager, au niveau international, les connaissances et la base d’éléments factuels concernant “les bonnes pratiques en matière d’EPPE”.

(Lire la suite ci-dessous)

Lire le supplément